Le trafic d’êtres humains en Afrique: repenser les réponses

2020-07-24

Bien que le trafic d’êtres humains remontre de très loin dans l’histoire de l’Afrique, la naissance de l’industrie moderne du trafic illicite de migrants en tant qu’entreprise mondiale qui brasse des millions est beaucoup plus récente, tout comme la perception actuelle du passeur redundancy comme une figure du crime fortement organisé. La majorité des passeurs sont des opérateurs de bas niveau qui viennent souvent de la même communauté que leurs clients, ce qui fait de cette activité une source importante de résilience communautaire. Mais à mesure que les pays adoptent une approche de justice pénale pour lutter contre le trafic d’êtres humains, le risque pour les passeurs s’accroît et le marché se professionnalise. Plus le risque augmente, plus le prix – et le danger pour les migrants – augmentent.

À propos de l’auteur

Lucia Bird est analyste principale à l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée et avocate en exercice. Avant, elle a travaillé comme conseillère juridique et politique du Département de la planification et du développement du gouvernement du Pendjab au Pakistan et du Ministère des finances au Ghana, où elle s’occupait de la gouvernance, de la réforme institutionnelle et du renforcement des processus politiques, des pratiques contractuelles et législatives.

Image de couverture : © lkpro – Adobe Stock

EU Flag
ENACT is funded by the European Union
ENACT is implemented by the Institute for Security Studies and INTERPOL, in
affiliation with the Global Initiative against Transnational Organised Crime
ISS Donors
Interpol
Global
feature-5Page 1