L'exploitation aurifère illégale en Afrique Centrale

2021-06-30

Résumé

Au cours de la dernière décennie, les malfaiteurs impliqués dans l’exploitation minière illégale ont réalisé d’énormes profits illicites au détriment des économies nationales, des populations vulnérables et de l’environnement dans toute la région d’Afrique centrale. Dans la région, l’or est majoritairement produit par des mineurs artisanaux et à petite échelle et des entreprises semi-mécanisées. Les autorités ne connaissent pas les quantités exactes d’or produites ; la contrebande d’or à l’intérieur et à l’extérieur de la région est bien organisée, systématique et concerne la majorité de l’or quittant la région.

Une variété d’éléments ayant une incidence sur l’intégralité de la chaîne d’approvisionnement en or favorise la prépondérance de la criminalité dans l’industrie aurifère. Les financements illégaux, qu’ils soient assurés au moyen d’or, d’argent liquide ou d’autres moyens, alimentent le processus. Les pratiques frauduleuses représentent un aspect central de l’exploitation des terres, elles permettent aux malfaiteurs d’utiliser des méthodes d’extraction et de production plus efficaces et de dissimuler la véritable quantité d’or produite.

Un réseau d’acheteurs illégaux collecte l’or auprès des sites de production et le fait ensuite passer en contrebande par l’intermédiaire de négociants et de raffineurs dont il faut s’attendre, par voie de conséquence, à ce qu’ils dissimulent ses véritables provenance, propriété et quantité. L’or est ensuite exporté illégalement du pays ou de la région principalement par voie aérienne, souvent via le Cameroun ou l’Ouganda, à destination de l’Asie (Émirats arabes unis, Inde et Chine). La contrebande d’or vers des pays voisins permet aux malfaiteurs de tirer profit des disparités en matière d’impôts à l’exportation. Cela leur permet également d’introduire l’or sur le marché mondial en dissimulant sa provenance, en particulier s’il provient de zones de conflit.  

Photo © Gilles Paire - Adobe Stock

EU Flag
ENACT is funded by the European Union
ENACT is implemented by the Institute for Security Studies and INTERPOL, in
affiliation with the Global Initiative against Transnational Organised Crime
ISS Donors
Interpol
Global
feature-5Page 1